Noël approche, le sapin, les cadeaux, les bons repas, la neige, les dessins animés à la télé et cette magie que l’on aime tous. Cette magie, je l’ai retrouvée un peu en avance grâce à un jeu que j’ai eu longtemps envie de faire, mais ne le possédant pas, c’est un peu difficile. Je parle bien évidemment de Kingdom Hearts premier du nom, cross-over du monde de Final Fantasy et de Disney, sorti il y a presque 15 ans sur PS2. Avant même de commencer le jeu, je savais qu’il allait me plaire, ayant eu une éducation ou les cassettes vidéo Disney étaient légions, j’ai baigné dedans depuis tout petit, et pouvoir retrouver une multitude de personnages dans un jeu vidéo, c’est déjà un argument fort pour me faire craquer. J’ai terminé le jeu il y a peu, au bout d’une vingtaine d’heures, j’ai pris clairement mon pied, et je vais vous dire pourquoi. On y va ? Suivez-moi, c’est par ici que ça se passe les amis !


Tarzan, Alice, Cloud et Squall dans le même jeu

Connaissant un peu le monde de Final Fantasy et beaucoup plus celui de Disney, ma première motivation pour faire ce jeu, c’était de voir comment les deux univers ont été mélangés, mixés dans un même jeu, une même collaboration. Et j’étais comme un gosse, devant ma télévision, manette en mains, ébahi par ce que je voyais. « Oh, Alice ! » « Oh, Tarzan ! » « Oh, Hercules !« , c’est un peu ce que je disais à chaque fois qu’un nouveau protagoniste apparaissait, la magie je vous dit. Je ne connaissais absolument pas le contenu du jeu, ni même les personnages présents avant de lancer le jeu, alors la surprise fût totale en les voyant. Même une dizaine années après, l’effet de surprise était encore présente, on s’attache aux personnages, tentons de les comprendre et essayons de savoir pourquoi sont-ils ici, et que ce soit les personnages de Disney ou de Final Fantasy, j’étais super content de les voir ici et de jouer avec eux, un petit rêve. Kingdom Hearts, c’est, vous l’aviez compris, un casting de stars, et ça fonctionne du tonnerre de Zeus !


Graphismes et jouabilité, un mélange confus

Commençons par les graphismes, pour un jeu datant de plusieurs années, je le trouve encore très joli et enchanteur, c’est déjà ça. On aime parcourir les différents univers, des décors très jolis, des personnages et ennemis détaillés, vraiment je ne m’attendais pas à ça. La PS2 n’est pas reconnue pour avoir des jeux intemporels, et niveau graphismes, ça ne pique pas les yeux des années plus tard. C’est coloré, frais, magique, tout ce qu’on veut d’un jeu comme Kingdom Hearts. En revanche pour le gameplay, c’est une autre histoire, et pas un compte de fées. Je m’attendais à du tour par tour, connaissait Square et les Final Fantasy, et surprise, gameplay en temps réel, ça c’est bien ! Mais la caméra et les phases de plate-formes : ça c’est naze. J’ai horreur d’avoir une caméra aléatoire, avec un mauvais affichage des angles de vues, j’ai ragé beaucoup de fois, surtout face à des ennemis impardonnables qui eux, nous voit parfaitement. Je ne pense pas être le seul à avoir crier au scandale (j’exagère, il y a eu bien pire…) face à ça, mais on pardonne et s’habitue au fil du jeu.


Bande sonore et scénario, gros points forts du jeu

 

Aaaaah, du bonheur pour les oreilles, ce que je retiens surtout de Kingdom Hearts, c’est sa musique, de jolies balades, touchantes, enivrantes… Selon moi, c’est un point clé dans un jeu, et le soundtrack de Kingdom Hearts est merveilleux. En plus de créations uniques, on retrouve beaucoup de musiques Disney, qui nous bercent dans nos plus beaux souvenirs d’enfance, l’effet de nostalgie fonctionne parfaitement. Un autre point importante dans la bande son de Kingdom Hearts, c’est l’implication des doubleurs officiels, j’étais ravi d’entendre les « vraies » voix. Question scénario, c’est un cocktail de magie, d’amour, de haine et d’amitié, des valeurs fortes que partagent et véhiculent tout au long du jeu, les personnages que l’on rencontre. J’ai été touché à plusieurs reprises, agréablement surpris par cette histoire, et un gros pincement au cœur à la fin du jeu, mais pressé de faire le suivant.


Conclusion : une petite merveille, incontestablement

Quelle tristesse quand le générique de fin s’affichait sur ma télé, mais généralement, quand on ressent de sentiment de nostalgie, c’est que c’est gagné ! La magie Kingdom Hearts a opérée directement et rapidement sur moi, beaucoup de personnes m’avaient conseillé de le faire, faute de temps et d’occasion de le trouver pour pas trop cher, je n’avais jamais eu l’opportunité. Mais c’est chose faite, et mieux vaux tard que jamais, rattrapage intensif d’une saga aux millions de fans, j’ai plus que hâte de faire le second, de retrouver Sora, Mickey et Donald, voir ce que réserve l’épisode suivant, espérant que la magie ne s’éteindra pas. Aimant beaucoup brancher mes consoles rétro, ce fût un plaisir de retrouver ma PS2 pour un moment unique avec Kingdom Hearts, que je recommande fortement.

Vous y avez joué vous aussi ?

Tu veux réagir avec Facebook ?

6 thoughts on “[TEST] Kingdom Hearts PS2, la magie de Noël en avance

      1. J’ai un blog alors maintenant je peux commenter celui des autres ! Le 2 je préfère surtout les mondes qu’il possède ! Chez moi le prix est plutôt elevé je trouve environ 20 euros !

  1. Ce jeu c’est ma madeleine de Proust. C’est mon tout premier jeu PS2 et console (PCiste jusqu’au bout et dés mon plus jeune âge.) Ca fait déjà plusieurs années que je cherche à le retrouver et je pense que même au prix fort je serai capable de le racheter. (: En tout cas super article!

Tu veux réagir avec Wordpress ?

%d blogueurs aiment cette page :