Un nouveau jeu pas si nouveau que ça a fait son apparition sur Nintendo Switch il y a quelques jours : Ultra Street Fighter II – The Final Challengers. Qui n’a jamais joué au moins une fois dans sa vie à un Street Fighter ? Que ce soit sur consoles, sur PC ou encore sur bornes d’arcades, la licence Street Fighter qui fête d’ailleurs ses 30 ans est mondialement connue et aimée par beaucoup de gens et de fans. Cette saga de jeu de combat qui a d’ailleurs bercée mon enfance revient (enfin) sur console Nintendo après de longues et de longues années d’absence. Alors, que vaut réellement ce Ultra Street Fighter II – The Final Challengers qui n’est autre que Street Fighter II  « remasterisé » ? Vendu en moyenne à 40€, est-ce raisonnable ou du pur foutage de gueule ? Et bien j’ai eu l’occasion d’y jouer avec mon ami, pris le temps de me balader dans le menu, testé les différents modes présents, je vous donne mon avis à chaud ! HADOKEN !


Du Street Fighter chez Nintendo, bon point

Qu’est-ce que ça fait du bien d’ailleurs

C‘est déjà une excellente chose je trouve, Street Fighter sur une console Nintendo, ça faisait bien longtemps et ça manquait. Bien content de retrouver toute la clique sur Nintendo Switch, ils sont beaux, ils sont chauds, ils sont chez Nintendo et en exclusivité. J’avoue que lorsqu’il a été annoncé peu de temps après la présentation de la Switch en début d’année, mon cœur s’est mis à frémir. Ayant joué des heures et des heures avec mes frères sur Street Fighter II sur Super Nintendo et Mega Drive, j’étais plus que ravi de ce retour au source. Retrouver l’un des jeux qui a bercé mon enfance de joueur, aujourd’hui, en 2017, ce n’est que du bonheur. J’ai toujours eu un faible pour cette saga, du moins à l’époque. Je n’aime pas vraiment les opus actuels de Street Fighter, le style graphique en cell-shading me plait pas du tout et j’ai vite abandonné. Mais retrouver le jeu sur lequel j’ai bastonné mes adversaires dans ma jeunesse, ça le fait. Et sur console Nintendo, ça en jette. Bon, c’est le même jeu, oui, mais pas vraiment. Ai-je retrouvé les mêmes sensations de fight qu’a l’époque ou c’est ce sentiment de nostalgie qui me fait parler ?


Il y a du nouveau quand même

De nouveaux personnages, enfin presque

Street Fighter II est culte, c’est même LE jeu de baston incontournable de l’époque, même encore aujourd’hui, nombreux sont les joueurs qui idolâtrent cet épisode, et ça se comprend. Capcom est malin, Capcom est rusé, pour raviver la flamme nostalgique de ces beaux moments de bastons, ils nous ressortent le même jeu avec, quand même, quelques nouveautés qui font plaisir. Partons du côté des personnages jouables, un joli casting présent, avec les vedettes du jeu (Chun-Li, Mr. Bison…) on a aussi Akuma qui est d’ailleurs débloqué d’entrée. On a aussi l’apparition de deux « nouveaux » personnages qui ne sont pas si nouveaux que ça : Violent Ken et Evil Ryu. Ils sont plus rapides, plus forts que Ken et Ryu normaux, mouais, c’est light on est d’accord. Cela fait 19 personnages jouables dans Ultra Street Fighter II – The Final Challengers. Je trouve le nombre correct, même si un ou deux personnages de plus n’auraient pas été de refus je pense. Mais que voulez-vous, on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre n’est-ce pas ?


Switchons entre old-school et moderne

Possible de switcher entre l’aspect original et remake

La grande nouveauté de Ultra Street Fighter II – The Final Challengers sur Nintendo Switch, c’est cette possibilité de switcher entre les graphismes d’antan et de maintenant. Mais pas que les graphismes d’ailleurs, dans les options du jeu, sur le menu, il est aussi possible de mettre les sons de l’époque ou ceux d’aujourd’hui, lissés pour l’occasion. Forcément, je préfère le style old-school, celui du « vrai » Street Fighter II, la nostalgie tout ça tout ça. Mais ça fait quand même plaisir d’avoir le choix entre les deux, et il faut dire que c’est plutôt joli, même si ce n’est pas transcendent non plus. En effet, on peut remarquer parfois, notamment au niveau des décors et des animations en fin de combat des personnages que ça capote un peu au niveau des graphismes modernes. C’est beau mais il y a quand même quelques ratés. J’ai eu comme l’impression que c’était pas si lisse que ça. Les couleurs dégorgent, les animations ne sont pas terribles, un peu déçu quand même. C’est pour cela d’ailleurs que j’ai laissé dans les options l’aspect « old-school« , ça pique les yeux certes, mais c’était tellement mieux avant. Chacun aura sa préférence sur la question, mais le fait d’avoir le choix parmi les deux possibilités, c’est déjà bien je trouve.


Quelques modes de jeu disponibles

Menu principal du jeu

Penchons-nous si vous le voulez bien au niveau des modes de jeu, il y a des incontournables comme le mode « Arcade » et le mode « Versus ». Mais quelques petits nouveaux comme le mode « Coop », deux joueurs contre un ordi, bon rien de bien foufou. On enchaîne quelques combats et puis c’est tout. Mais la réelle nouveauté dans ces modes de jeu, c’est celui-ci : « La Voie du Hado ».

HADOOOOKEN !

Entièrement jouable qu’avec les Joy-Con de la Nintendo Switch, ce mode « La Voie du Hado » nous plonge dans les yeux de Ryu, vue à la première personne. Le but de ce mode est de mimer trois techniques de Ryu (Hadoken, Shoryuken et Tatsumaki), pour vaincre les terribles adversaires, hordes de membres de l’organisation Shadaloo. Vous l’avez compris, il faudra faire mumuse avec ses bras, face a son écran, se prenant pour Ryu dans ce mode de jeu. J’attendais avec impatience ce mode de jeu, et purée qu’est-ce que c’est naze. Ultra répétitif, ça ne fonctionne pas bien, programmé avec les pieds, aucun intérêt. Je n’ai pas passé énormément de temps dessus tellement que c’est chiant et décevant. Bon, il ne fallait pas non plus s’attendre à quelque chose de fou non plus mais quand même. Certains jeux en motion gaming en première personne utilise parfaitement ce style de gameplay, et là, c’est raté. Dommage Capcom. Mais heureusement, un autre mode fait son apparition dans ce Ultra Street Fighter II – The Final Challengers, c’est bien évidemment le mode « Online ». Et heureusement que de ce côté là, ça fonctionne pas mal. J’ai effectué quelques parties, aucun soucis : OUF TANT MIEUX.


40€ pour ça, sérieusement ?

Capcom sont malins, jouer sur la nostalgie pour nous faire acheter Ultra Street Fighter II – The Final Challengers et ça fonctionne, la preuve. J’ai eu la chance de l’avoir dans mon magasin, mais pas à ce prix de 40€, bien trop cher pour ce que c’est. Ultra Street Fighter II – The Final Challengers a ses qualités, le fait de retrouver ce jeu aujourd’hui, sur Nintendo Switch, pouvoir y jouer partout, quand on veut, c’est top. Mais 40€ la nostalgie, ça fait rudement cher le retour vers le passé quand même. Surtout qu’il n’est pas sans défauts le petit, vous l’avez bien compris. Personnellement, si jamais vous voulez vraiment ce jeu, attendez une baisse de prix ou un bon plan, parce que ça reste quand même élevé pour un titre pareil je trouve. Même si, un Street Fighter sur une console Nintendo, ça a plutôt de la gueule, là c’est clairement du foutage, de gueule justement. 20€ aurait été plus raisonnable je trouve.


Conclusion : un portage fainéant mais réussi

Ça fait le boulot quand même
Ultra Street Fighter II : The Final Challengers est un portage du plus célèbre opus de la saga. Quelques nouveautés sont plus qu’appréciés, comme le mode online permettant de jouer contre des adversaires du monde entier. D’autres sont complètement ratés et presque gênant comme « La Voie du Hado« . Globalement, c’est un portage réussi, on retrouve l’essentiel, le fun est immédiat, et ce jeu permettra de détruire quelques amitiés lors de soirées à la maison. Malheureusement, certaines petites choses et notamment le prix peuvent freiner l’achat. C’est un bon jeu, mais sans plus. Assez fainéant dans l’ensemble, je m’attendais à beaucoup plus, surtout du côté des personnages. On est pas à l’abri d’ajouts via des mises à jour, même si j’en doute fortement. Si le prix ne vous fait pas peur, foncez, vous ne le regretterez pas, car ça reste Street Fighter II quand même. Sinon, attendez un peu. Je pense quand même que c’est un indispensable à avoir sur Nintendo Switch, déjà parce que c’est une exclusivité, et que de revoir cette saga chez Nintendo, c’est plutôt pas mal. Bilan mitigé, les nostalgiques adoreront, les autres beaucoup moins. Pour vous le procurer : Ultra Street Fighter II : The Final Challengers !

Alors, un Hadoken de prévu chez-vous sur Nintendo Switch ?

Tu veux réagir avec Facebook ?

4 thoughts on “[TEST] Ultra Street Fighter II : The Final Challengers, un coup de nostalgie ?

Tu veux réagir avec Wordpress ?

%d blogueurs aiment cette page :