C'était pas la joie tout ça...

Disponible sur PS4, Xbox One, Nintendo Switch et PC depuis septembre, Don’t Knock Twice est un jeu d’horreur que j’avais envie d’essayer. Déjà parce que j’adore ça, les jeux qui font peur, mais aussi parce que j’avais envie de voir ce que donnait l’adaptation du film Baba Yaga en jeu vidéo. Et grâce à Wales Interactive, j’ai eu l’occasion d’y jouer et de le terminer sur Nintendo Switch, directement sur la tablette, casque dans les oreilles pour être totalement submergé. Bien évidemment, j’ai éteint toutes les lumières, fermé les volets, et je me suis mis dans le noir total. Bah quoi ? Autant être dans de bonnes conditions pour jouer non ? Bon, je n’étais pas seul, le chat et le copain était pas loin, mais quand même, faut avoir le cran de le faire haha. Voici donc mon verdict et mon avis sur Don’t Knock Twice.


Toc toc, qui est là ?

Un salon chaleureux et pas du tout inquiétant…

Bon, déjà, si vous n’avez pas vu le film, vous ne serez pas perdu en jouant au jeu, même si c’est quand même préférable d’avoir vu le film avant. Parce que concrètement, vous allez être lâché dans la nature, dans cet étrange manoir, sans aucune raison ni explication. Vous débuterez la partie dans ce salon, une nuit d’orage, avec une cheminée et une bougie comme éclairages, quand tout à coup, quelqu’un frappe à la porte, toc toc. Qui est-ce ? Ou sommes-nous ? Qui sommes-nous ? À vous de le découvrir dans ce jeu d’exploration horrifique…


C’est pas degueu mais c’est pas ça

De jolis mais rares effets de lumères

Une chose qui m’intéressait grave dans ce Don’t Knock Twice, et plus particulièrement sur Nintendo Switch, sa réalisation. J’étais très intrigué de savoir comment la machine hybride de Nintendo allait s’en sortir dans un jeu de ce style. Et comme les screenshots le montre, c’est assez joli. La réalisation visuelle est particulièrement réussie, même si il y a quand même quelques trucs à redire. Côté sonore, et c’est d’ailleurs ce que j’ai le moins aimé, c’est franchement assez décevant, entre les cris, les portes qui claquent, le tonnerre, la pluie, bon on fait vite le tour. Surtout que bizarrement, on s’habitue à l’ambiance très (trop) rapidement tellement ce n’est pas si impressionnant que ça. Sinon, côté ambiance, Don’t Knock Twice possède une petite atmosphère à la « Layers of Fear » mais en est clairement loin.


Alors, ça fait peur ou pas ?

Coucou toi

Franchement ? Non, pas du tout, et je ne fais pas genre je suis un surhomme qui n’a peur de rien hein. Mais après, c’est chacun sa perception, personnellement je suis un habitué des jeux qui font peur et sursauter, alors Don’t Knock Twice m’a pas fait sauter au plafond. Mais il aurait pu réussir, avec deux trois arrangements, dans son ambiance sonore, dans sa conception etc, mais ça n’a pas été le cas. Après, si vous êtes novice dans ce style de jeu, peut-être qu’il arrivera à vous faire sursauter quelques fois. Mais honnêtement, quand on a joué à d’autres jeux avant, et des meilleurs dans ce genre, c’est difficile d’être angoissé devant ce Don’t Knock Twice.


Et la durée de vie ? Le prix ?

Votre bain est prêt, détendez-vous

Alors attention, on va passer au sujet qui fâche mais qui intéresse beaucoup d’entre-vous, la durée de vie et le prix. Commençons par le deuxième point si vous le voulez bien, Don’t Knock Twice est vendu une vingtaine d’euros en format physique, mais en ce moment, en promo, notamment sur l’eShop Nintendo Switch pour 8€ environ. Et pour ce jeu, 8€ c’est beaucoup trop. Mais vraaaaiment trop. Pourquoi ? Oh et bien parce que sans me presser, j’ai fini le jeu en une heure. Et vraiment parce que j’ai pris mon temps. Alors imaginez, le jeu était en promotion, 13€ vendu à la base. Nan, c’est une plaisanterie, ça ne vaut pas autant. Une durée de vie très courte, aucune rejouabilité, beaucoup trop cher pour ce que c’est. Si on vous l’offre, prenez-le, mais l’acheter à ce prix, c’est vraiment pas recommandé.


Conclusion : n’ouvrez pas la porte, ça ne vaut pas l’coup

Si je peux vous faire économiser de l’argent, ne l’achetez pas

Forcément, pour conclure, non, je ne vous recommande pas l’achat de Don’t Knock Twice. Bah oui, ça arrive, quand je n’aime pas, je me fais un plaisir de le dire. Et quand j’aime aussi d’ailleurs, vous le savez bien. Résumons un peu tout ça, le jeu est beau, plutôt bien réalisé malgré quelques couacs techniques. L’ambiance sonore est presque présente, parfois trop, parfois pas assez, trop répétitive. Les frissons, on repassera, ça ne fait clairement pas peur, mis à part si c’est votre première expérience du genre, si vous êtes encore vierge des jeux d’horreur, peut-être, avec de la chance il arrivera à vous faire frissonner. Un prix beaucoup trop élevé pour une durée de vie d’une heure. Pas de réel intérêt, pas super original, trop brouillon, rien d’expliqué, pas hyper prenant. Dommage, j’y croyais…

Avez-vous aimé Don’t Knock Twice ?

Tu veux réagir avec Facebook ?

Tu veux réagir avec Wordpress ?

%d blogueurs aiment cette page :