Compilation parfaite sur Nintendo Switch

Disponible depuis le 27 fevrier sur l’eShop de la Nintendo Switch à la grande surprise générale, Outlast : Bundle of Terror à fait son apparition. Nous étions au courant que la série horrifique de Red Barrels devait faire son entrée sur Nintendo Switch courant 2018, mais pas forcément aussi rapidement et sans annonce au préalable. Enfin bon, tant mieux pour nous, j’ai eu la chance de recevoir un code pour le tester, et connaissant déjà très bien le premier opus + le DLC « Whistleblower », j’ai terminé assez rapidement mon aventure. Mais ce qui m’intéressait le plus, c’était de voir comment la machine hybride de Nintendo allait s’en sortir, et comment était Outlast en format portable. J’ai eu toutes les réponses que je voulais, il est désormais temps de vous donner mon avis à chaud concernant Outlast : Bundle of Terror, disponible seulement (à ce jour) en téléchargement.


Outlast : Bundle of Terror, c’est quoi ?

Vous allez vite sauter au plafond

Pour ceux qui débarquent d’une autre planète et qui n’ont jamais au grand jamais entendu parler d’Outlast, brève présentation. Outlast est une série de jeux vidéo d’horreur développée et éditée par Red Barrels dont le premier opus, disponible depuis 2013 sur presque toutes les plateformes, a connu un immense succès, plus de 4 millions d’exemplaires vendus, notamment sur Steam ou il figure parmi les meilleures ventes du genre. Puis, en 2014, un DLC à fait son apparition, Outlast : The Whistleblower qui complète parfaitement l’histoire du premier. Et ce n’est que l’année dernière, en 2017 qu’Outlast II est arrivé sur PS4, Xbox One, PC et le 27 mars 2018 sur Nintendo Switch. Mais pour le moment, Outlast : Bundle of Terror c’est le premier opus + le DLC, mais si vous ne les aviez jamais fait auparavant, ça risque de déjà bien vous occuper en attendant la suite, si vous osez aller jusqu’au bout de l’aventure. Parce que je vous préviens, vous allez avoir peur, très très peur. Faites-moi confiance les amis…


Lumière, Moteur… Frissons !

Bienvenue en enfer…

Vous connaissez les films Blair Witch, REC et compagnie ? Et bien c’est le même délire, du moins dans l’esprit. On y incarne Miles Upshur, un enquêteur indépendant, qui se rend à Mount Massive Asylum, un ancien asile psychiatrique récemment ré-ouvert, suite à la réception d’un mail envoyé par un employé, pour enquêter sur les activités étranges qui s’y déroulent. Pour mener correctement son investigation dans cet asile, notre héros est muni d’une caméra HD, idéale pour tout filmer, tout enregistrer afin d’avoir un maximum de preuves possibles. Il faudra donc entrer dans cette grande bâtisse sans autorisation, être très discret, mettre son nez un peu partout, fouiner dans les dossiers, et tenter de mettre un point final à cette histoire. Mais attention, il y a de la lumière, nous ne sommes pas seul apparemment, qui peut bien être à l’intérieur ?


Cours Forrest, couuuurs

Viiiiiiens, on est bien

Comme je le disais juste au dessus, notre héros n’a qu’une caméra dans cet grande demeure inquiétante, il n’a aucun moyen de défendre. Pas de pistolet, pas de couteau, rien de tout ça. Seulement ses jambes et son sens de la discrétion, en effet, le personnage principal du jeu ne possède aucune arme et ne peut donc pas attaquer les antagonistes. Et dieu sait qu’il va y en avoir sur votre chemin. Vous avez donc deux solutions pour tenter de survivre, option numéro 1, la fuite, option numéro 2, se cacher. Et vu que la demeure est particulièrement grande, vous allez avoir pleins d’endroits pour vous dissimuler afin de ne pas finir en bouillie, dans des casiers, sous des lits, et j’en passe et des meilleurs. Si vous optez pour la fuite, déjà courage parce que c’est super stressant vous allez le voir, vous pouvez ralentir vos ennemis en fermant les portes derrière eux, ce qui vous donne quelques secondes supplémentaires pour vous barrer. Ah ! Et si vous ne voyez plus rien, activez la vision nocture de votre caméra, mais attention, cela consomme énormément d’énergie. Il faudra donc trouver quelques piles sur votre chemin, pour vous faire un stock suffisant afin d’y voir quelque chose. J’vous préviens, les piles c’est pas des Duracell hein, elles se déchargent aussi vite que la batterie d’un iPhone haha, alors trouvez-en un maximum.


C’est comment sur Nintendo Switch ?

Sur Nintendo Switch, c’est le feu !

J‘avais déjà joué au premier opus et au DLC sur PC mais aussi sur PS4, alors je commence à bien connaitre le jeu pour pouvoir comparer les versions. Techniquement, c’est de la bombe, 1080p en docké, 720p en portable, le tout en 30FPS. Graphiquement, je ne vois aucune différence entre ma version PS4 et ma version Nintendo Switch, j’ai l’impression d’avoir le même jeu, avec quelques petits trucs en plus pour la version Nintendo Switch comme des temps de chargement plus courts. J’ai joué au premier opus sur ma télévision, c’est très propre, et j’ai terminé le DLC en mode portable, directement sur la tablette, dans le noir, casque sur les oreilles : ça change tout ! Ah ouais, faire un tel survival horror en mode pocket dans son lit, mais c’est le pied les gars, vraiment. C’est tellement parfait sur Switch. J’ai tellement envie d’avoir tous les survival horror sur cette console, je trouve que l’immersion est à son paroxysme sur cette machine, ça fait le boulot à fond.


Conclusion : je survalide cette compilation

25€ le jeu + le DLC sur l’eShop de la Switch

Bah bien évidemment que je valide Outlast : Bundle of Terror sur Nintendo Switch, déjà parce que je trouve sur Red Barrels à fait du très bon boulot, on en connait des portages ratés hein, mais celui-ci est plus que réussi. Jouer à un survival horror comme Outlast sur cette console hybride, c’est vraiment génial. Question immersion, on est au top du top, je vous invite vivement à le faire, si vous voulez jouer le jeu au maximum. En plus d’être techniquement et graphiquement identique aux autres versions, Outlast : Bundle of Terror est un excellent moyen de découvrir un classique du genre. Et puis, Outlast II arrive je le rappelle le 27 mars prochain, il faut donc être prêt avant son arrivée. J’aurais tant aimé le découvrir sur Nintendo Switch à l’époque, mais j’ai adoré le redécouvrir. Si vous êtes peureux, passez vite votre chemin, parce qu’Outlast : Bundle of Terror n’est pas venu pour blaguer, il va y avoir de l’angoisse, des cris, des sursauts, tout ce qu’on aime ! Alors bon courage, vous allez en avoir bien besoin…

Allez-vous tenter de survivre dans cet asile ?

 

Tu veux réagir avec Facebook ?

Tu veux réagir avec Wordpress ?

%d blogueurs aiment cette page :