Après des années et des années à être joueur régulier, touche à tout, il m’arrive encore de découvrir quelques sagas des années après. Difficile de jouer à tout, par manque de temps et d’occasion. C’est d’ailleurs le cas avec cette licence, que je découvre seulement maintenant, mais comme on dit, mieux vaut tard que jamais. La série des « Atelier » est apparue pour la toute première fois sur PS2, et avait toujours été conjointement liée aux consoles de Sony. Seulement maintenant, une certaine Nintendo Switch cartonne, et forcément, ça donne envie aux développeurs de parier sur elle. Et comme en ce moment, je joue énormément de Nintendo Switch, j’ai eu l’occasion de tester cet opus, Atelier Lydie & Suelle : The Alchemists and the Mysterious Paintings et ça tombe bien, je vous donne mon avis juste en dessous, c’est pas beau ça ?


Il était une fois…

La ville de Merveille regorge de nombreux secrets…

Pour ceux qui découvrent, comme moi, la licence à travers cet opus, l’intrigue du jeu est axée autour des jumelles Lydie et Suelle, qui seront tout au long de l’aventure, les personnages principaux. Atelier Lydie & Suelle : The Alchemists and the Mysterious Paintings a pour but de conclure la trilogie Mysterious (Atelier Sophier et Atelier Firis). Mais ne vous inquiétez pas, si vous n’aviez jamais eu l’occasion de jouer aux précédents, vous ne serez pas perdu en jouant à cet épisode. C’est toujours mieux de les faire si vous en avez la possibilité, mais si ce n’est pas le cas, pas de panique. Pour revenir au jeu, Lydie et Suelle sont deux alchimistes débutantes de la ville de Merveille, elles débutent dans ce domaine, dans un atelier peu fréquenté. Elles ne sont pas seules dans cette entreprise, Roger, leur père peintre, ne les aide pas à gagner de l’argent afin de boucler les fins de mois, bien au contraire. En descendant au sous-sol, endroit privé du père, les jumelles Lydie et Suelle découvre un magnifique tableau, qui, est bien plus qu’une simple oeuvre d’art…


Graphiquement, c’est pas joli joli

Retour quelques années en arrière…

Depuis la sortie de la Nintendo Switch, j’aime beaucoup passer du temps dessus, et je privilégie souvent cette machine lorsqu’il y a une sortie multi-supports, parce que j’aime le concept nomade de la Nintendo Switch, et jouer dans son lit, dans le train ou en pause déjeuner au boulot, c’est le pied. Malgré le fait que ce ne soit pas souvent une bonne idée, parce que oui, la Nintendo Switch est pratique, mais ne rivalise pas avec la puissance d’une PS4 ou d’une Xbox One, normal me direz-vous. Et dans le cas Atelier Lydie & Suelle : The Alchemists and the Mysterious Paintings, qui est disponible également sur PS4 mais aussi sur PS Vita, on ressent de suite qu’il s’agit sûrement d’un portage de la console portable de Sony que de leur console de salon. C’est beau, c’est coloré, des couleurs vives, mais côté technique, ça merdouille un peu quand même avec quelques chutes de framerate, un fort clipping et des textures baveuses à certains endroits du jeu. Cela ne va pas non plus gâcher votre expérience de jeu, on s’habitue rapidement à ses défauts, et on prends quand même du plaisir à le parcourir, mais c’est vrai que lorsqu’on passe d’un The Legend of Zelda : Breath of the Wild ou encore d’un Xenoblade Chronicles 2 à Atelier Lydie & Suelle : The Alchemists and the Mysterious Paintings, ça pique un peu je dois l’avouer.


Vers l’alchimie et au delà

Alchimistes oui, mais prêtes pour le fight aussi

Si vous pensiez que dans Atelier Lydie & Suelle : The Alchemists and the Mysterious Paintings vous alliez faire que des potions, des mélanges d’herbes et de fleurs, vous vous mettez le doigt dans l’œil. Vous allez devoir vous battre, faire face à de nombreux ennemis, dans des combats au tour par tour, en utilisant vos armes et fabrications. Dans cet opus, les jumelles Lydie et Suelle peuvent utiliser leur savoir-faire en plein combat, ce qui apporte un peu d’originalité dans un gameplay qui semble être assez poussiéreux. Fort heureusement, Lydie et Suelle auront le droit au soutien d’autres personnages, qui auront eux aussi leurs propres compétences. Rien de bien novateur, mais globalement, ça passe plutôt bien. Plus vous avancerez dans l’aventure, plus vous débloquerez de nouvelles aptitudes, et dieu sait qu’il y en a dans Atelier Lydie & Suelle : The Alchemists and the Mysterious Paintings.


Conclusion : bilan mitigé pour les jumelles

Du bon comme du moins bon

Globalement, Atelier Lydie & Suelle : The Alchemists and the Mysterious Paintings est un bon jeu, que je prends plaisir à découvrir par petites sessions. Le fait qu’il soit entièrement en anglais, sans aucune traduction va sans doute effrayer un bon nombre d’entre-vous, et je trouve ça dommage aussi. Le fait qu’on se retrouve avec un portage de la version PS Vita est assez dérangeant aussi, généralement je ne suis pas regardant sur les graphismes etc, mais dans Atelier Lydie & Suelle : The Alchemists and the Mysterious Paintings c’est tellement frappant qu’il est assez difficile de faire abstraction. Bon, ce n’est pas catastrophique non plus, loin de là, il ne faut pas exagérer, mais au moins vous êtes prévenu. Sinon, le jeu dispose quand même de très beaux arguments, son histoire captivante, ses personnages attachants, son univers kawaii et magique. Rajoutons à tout ça ses musiques, son gameplay simple mais efficace, une bonne durée de vie, et un style graphique séduisant. Atelier Lydie & Suelle : The Alchemists and the Mysterious Paintings à un gros potentiel, de forts arguments, mais pas assez exploités je trouve, et sur Nintendo Switch ce n’est pas folichon.

Allez-vous craquer pour cette aventure ?

Tu veux réagir avec Facebook ?

Tu veux réagir avec Wordpress ?

%d blogueurs aiment cette page :