Premier coup de cœur de l'année 2020

Un titre qui est passé totalement inaperçu à l’époque sur Wii U, mais qui a, lui aussi, eu le droit à une seconde chance sur Nintendo Switch, il s’agit de Tokyo Mirage Sessions #FE, disponible depuis le 17 janvier 2020. Un cross-over de deux licences de J-RPG, Fire Emblem x Shin Megami Tensei/Persona. Perso, je n’avais pas craqué à l’époque sur Wii U pour diverses raisons, du coup, il fallait absolument que je fasse cette version Nintendo Switch, cette version « Encore » avec de nombreux ajouts, de bonus mais surtout, une traduction VOSTFR, et ça, ça fait toute la différence ! Et après une quarantaine d’heures, et bien c’est fait, j’ai terminé Tokyo Mirage Sessions #FE Encore. Du coup, faut-il craquer pour cette version Nintendo Switch ou tout simplement passer son chemin ? Réponse juste en dessous !


Un jour, je serai une star

Voici Itsuki Aoi, le leader du groupe

Alors alors, comme son nom l’indique, Tokyo Mirage Sessions #FE Encore se déroule à Tokyo, on y fait la rencontre d’un groupe d’adolescents prêts à tout pour de devenir des idoles de la musique, de la comédie ou encore du mannequinat. Nos héros ados sont gérés par une agence, qui se nomme Fortuna Entertainment, présidée par Maiko Shimazaki, une ancienne mannequin devenue business-woman. Fortuna Entertainment est une agence pas comme les autres, en plus de fabriquer les futures stars de demain, elle forme également les jeunes Maîtres Mirage, des humains se liant à des mirages (esprits) afin de rétablir la paix dans un monde parallèle appelé Idolasphère. Stars planétaires le jour, super-héros la nuit, notre bande d’héros pré pubère ne va pas s’ennuyer une seule seconde.

Et eux ce sont tes potos, membres de l’agence Fortuna

Clairement, je ne savais pas du tout dans quoi j’allais me lancer en jouant à ce Tokyo Mirage Sessions #FE Encore, c’était la totale découverte me concernant. Et ce que je peux dire, c’est que je me suis vite attaché aux personnages, à l’intrigue aussi, toujours envie d’en savoir plus, et à l’ambiance générale que dégage ce jeu. L’histoire ne casse pas trois pattes à un canard, mais à le mérite d’être bien ficelée, d’être très prenante, ce qui n’est pas tout le temps le cas dans les J-RPG de maintenant. Ça change ! Bon, concrètement, si tu es fan de Fire Emblem et/ou de Shin Megami Tensei, à mon avis tu devrais bien apprécier ce Tokyo Mirage Sessions #FE Encore. Et je te rassure, si tu es comme moi, et que tu n’as pas vraiment un affect pour l’un ou pour l’autre, et bien ne t’en fais pas, cela ne va pas t’empêcher d’apprécier. Je ne m’attendais pas à accrocher autant, ça m’a même donné envie de connaitre les jeux originaux. Un cross-over réussi !


Techniquement, c’est Wii U non ?

Shibuya est mon lieu favori du jeu

Je le rappelle, Tokyo Mirage Sessions #FE Encore est un portage amélioré du jeu original sorti chez nous en 2016 sur Wii U. Il faut donc reconnaître que le jeu n’est pas une claque graphique, mais cela reste très correct ! On est face à un jeu qui a pris de l’âge, certes, mais qui reste quand même visuellement joli. Coloré, dynamique, agréable pour les yeux, Atlus nous avait concocté à l’époque un J-RPG tout mignon, rempli de charme, et c’est toujours le cas aujourd’hui. Le framerate est fluide aussi, c’est à souligner, que ce soit en mode télé comme en mode portable, ça glisse tout seul.

Les scènes cinématiques animes ♥

Techniquement c’est correct, je n’ai pas rencontré de soucis pendant mes sessions (t’as compris la ref ?). Et chose aussi que j’ai ultra apprécié, c’est la direction artistique et l’atmosphère de ce Tokyo Mirage Sessions #FE Encore. Mélange entre jeu vidéo et anime, c’est génial à suivre ! Dommage qu’il n’y ait que très peu de scènes cinématiques dans le jeu, parce que c’est vraiment réussi pour le coup. Et cette ambiance J-Pop, très kawaii, très japonaise, très punchy, qui je pense ne plaira pas à tout le monde, mais qui a le mérite d’être assumée et exploitée à 100%. J’ai adhéré direct à ce mélange entre baston & musique, j’en suis d’ailleurs le premier surpris. Visuellement, c’est chouette, techniquement aussi, en revanche, pour un jeu qui parle de musique, j’avoue ne pas avoir hyper kiffé l’OST du jeu, mais ça c’est totalement personnel. Mise à part les chansons des idoles, les musiques de stages ou de fights sont assez redondantes, à force j’en avais un peu marre de les entendre. Mais à part ça, c’est un grand Wii, euh, oui !


Il faut s’entraîner dur pour réaliser ses rêves

Attends, t’as cru vraiment que devenir star allait se faire en cinq minutes ? Hahaha, que tu es naïf. Surtout dans un jeu tel que Tokyo Mirage Sessions #FE Encore, tu vas devoir bosser encore et encore, des heures et des heures. Cela reste un J-RPG hein, il faut donc s’investir un minimum. Perso, j’ai passé un peu plus de 40h sur le jeu afin de voir le générique de fin, et clairement, tu peux ajouter quelques heures au compteur si tu souhaites faire toutes les quêtes annexes. Parce qu’en plus de gérer les différentes carrières artistiques de tes personnages, sauver le monde des vilains méchants, aider les habitants qui réclament ton aide, parcourir de nombreux donjons, combattre des monstres en tour par tour, t’as de quoi faire !

Le système de combat, fusion parfaite des deux licences

J‘ai vraiment beaucoup aimé le gameplay de ce Tokyo Mirage Sessions #FE Encore, que ce soit parcourir des donjons dans l’idolasphère ou encore faire de la bagarre en tour par tour. Avec un système de « chaîne » dans le gameplay, j’ai pris énormément de plaisir à xp mes personnages. J’ai d’ailleurs jamais cliqué sur la fuite pendant un fight. Trouver les points faibles de son ennemi, enchaîner les attaques physiques, les sortilèges sous un rythme endiablé, rempli de paillettes, de musiques et de strass, c’est très appréciable ! Rien de bien original sous les étoiles, on a sa jauge de vie, sa jauge de « magie« , et une barre « spéciale » te permettant de lancer des sorts plus puissants une fois remplie. Et lors des combats, tu vas créer une sorte de chaîne selon le point faible de l’adversaire, ce qui va permettre à tous tes personnages d’attaquer chacun son tour, afin d’augmenter les dégâts et de remporter plus facilement le combat. Et puis, si tu trouves ça un peu trop difficile ou trop facile à ton gout, tu as moyen de régler la difficulté dans les menus, comme ça, pas de frustrations.

Augmenter ses armes, ses compétences, son niveau est la clef de la réussite

Eeeeet juste après le combat, tu gagnes en expérience, donc en plus de monter en niveau, tu auras la possibilité de changer d’armes, afin de devenir plus puissant, de changer de « classe » aussi, augmenter également tes capacités, porter quelques bijoux, changer de tenues, et j’en passe et j’en passe… Voilà pourquoi tu n’es pas prêt de poser ta manette en lançant Tokyo Mirage Sessions #FE Encore, surtout que cette version Nintendo Switch dispose de quelques nouveautés comparées à la version Wii U, notamment une nouvelle trame scénaristique, un nouveau donjon, des nouveaux costumes, de nouveaux objets, la traduction française, bref, tout un tas d’ajouts sympathiques ! Tiens, voici un aperçu d’un combat au tout début du jeu, afin de te donner une petite idée de ce que ça donne.


Conclusion : un retour gagnant qui mérite le succès

Il faut que ça fonctionne cette fois

Je faisais partie de ces joueurs qui n’avaient pas acheté le jeu sur Wii U, mais cette fois, j’ai bien fait ! Il faut dire que sans traduction française à l’époque, ça n’aidait pas énormément à son succès, enlevant une bonne partie de potentiels joueurs qui ne sont pas à l’aise avec l’anglais. Et bien là, il n’y a plus d’excuse les gars, c’est le moment de soutenir le jeu, et quel jeu ! Un J-RPG original, avec un gameplay addictif et ultra riche, une ambiance J-Pop très sympa, une durée de vie conséquente, et un tas de nouveautés dans cette version « Encore« . Gros coup de cœur en ce début 2020, Tokyo Mirage Sessions #FE Encore est donc le premier jeu de l’année à m’avoir bien fait kiffé ! La rencontre entre Fire Emblem et Shin Megami Tensei que ce soit dans l’histoire ou dans le gameplay est réussie, la direction artistique aussi, et ça roule très bien en mode portable ou mode télé. Points négatifs, ça reste très linéaire, cela risque de ne pas plaire à tout l’monde, et l’ambiance J-Pop peut être vite saoulante, mais si tu es ok avec ça, tu risques de prendre un pied monstrueux sur ce jeu, fais-moi confiance ! The show must go on !

Tu as craqué pour ce Tokyo Mirage Sessions #FE Encore ?

Tu veux réagir avec Facebook ?

Tu veux réagir avec Wordpress ?

%d blogueurs aiment cette page :