Mon avis cette semaine sur le blog

Il est temps de te donner mon avis sur Dying Light 2 : Stay Human, disponible depuis le 4 février dernier sur PC, PS5, PS4, consoles Xbox et en cloud sur Nintendo Switch soon. J’étais fortement intrigué par ce Dying Light 2 : Stay Human,  survival-horror à la première personne dans lequel on va devoir survivre dans un monde rempli de zombies et de monstres. Le premier Dying Light sorti en 2015 a été à l’époque très bien reçu par la presse et par les joueurs, c’est donc tout naturel que ce deuxième épisode, développé et distribué par Techland, était attendu. Plusieurs fois repoussé, il est enfin là, Dying Light 2 : Stay Human qu’est-ce que ça vaut ? Je te donne mon avis tout de suite !


Villedor, une ville pas si dorée que ça

Coucou beau gosse ♥

Premièrement, si tu veux jouer à Dying Light 2 : Stay Human, il n’est pas nécessaire d’avoir fait le premier, même si c’est toujours mieux pour avoir les bases et les quelques refs scénaristiques. Mais t’inquiète, si ce n’est pas le cas et que tu as la flemme, tu peux quand même y aller les yeux fermés. Les événements du jeu se déroulent une vingtaine d’années après le premier. Dans Dying Light 2 : Stay Human on y incarne Aiden, qui est à la recherche de sa petite sœur, dont il a été séparé après un incendie dans l’hôpital où ils étaient retenus captifs, ouais sale histoire. En la recherchant, il se retrouve à Villedor, une cité qui ne porte pas son nom, le chaos et la destruction y règne, avec de nombreux infectés partout dans les rues, en clair ce n’est pas un havre de paix. Notre héros va rencontrer de nombreux personnages qui vont l’aider dans sa quête, d’autres moins sympathiques, et certains qui clairement voudront sa peau. Comme tu peux le constater, Aiden ne va pas avoir le temps de s’ennuyer dans Dying Light 2 : Stay Human.

J‘ai vraiment bien accroché avec la narration et l’histoire de ce Dying Light 2 : Stay Human, c’est d’ailleurs selon moi sa plus grande force. Même si il y a quelques trucs dont on a trop vu (les flashbacks notamment), quelques clichés par-ci par-là, ou encore une VF qui part en vrille de temps en temps, ça a fonctionné sur moi et j’ai vraiment passé un super moment.


La mort lui va si bien…

Très contemplatif le Dying Light 2

N‘ayant pas fait le premier Dying Light, je n’ai pas de moyen de comparaison, mais ce que je peux dire c’est que j’ai été séduit par la direction artistique du titre. J’ai joué à la version Xbox Series X et jeu est canon, surtout pour un open-world aussi grand. Que ce soit les décors, l’architecture, les effets de lumières et d’ombres, ou encore la faune très détaillée, bref on y est et on s’y croit vraiment. Très immersif, très contemplatif, Dying Light 2 : Stay Human grâce à ses graphismes et à son ambiance, nous plonge très rapidement dans son monde. Techniquement, j’ai vu passer beaucoup de retours de joueurs qui disaient qu’ils ont eu beaucoup de soucis techniques, et bien de mon côté : zéro. Le jeu propose un mode performance avec du 60FPS et également un mode fidélité à 30FPS et en 4K. J’ai testé les deux, et autant choisir les 60FPS, Dying Light 2 : Stay Human est un jeu qui se veut très dynamique, c’est selon moi le meilleur choix possible. Pour revenir au côté technique, je n’ai eu aucun soucis pendant mes nombreuses heures de jeu, mis à part quelques bugs de doublage (la fille qui change de voix en deux secondes haha). Bref, visuellement, Dying Light 2 : Stay Human est très attrayant, tes yeux te remercieront ainsi que tes oreilles, parce que les musiques du jeu sont vraiment de qualité et en totale adéquation avec le jeu. ♥


Un terrain de jeu très amusant

C’est ici l’after les gars ?

Bon, être beau tout ça tout ça c’est bien hein, mais on y fait quoi en fait ? Il faut survivre, par tous les moyens mon coco ! Aiden, le personnage que l’on incarne, a une particularité, il a subi de nombreuses expériences et est plus fort et plus résistant que les autres. Mais, car oui, il y a un mais, il faudra constamment surveiller son niveau de contamination et ne pas trop rester dans l’obscurité, déjà pour le bronzage mais aussi parce qu’il peut se transformer lui aussi en zombie. Ouais rien que ça. Et en plus de ça tu rajoutes le fait que notre personnage est un adepte du parkour, il peut sauter n’importe où, de n’importe quelle hauteur tel un ninja, bon, ça fait déjà pas mal pour un seul homme. Et dans Dying Light 2 : Stay Human, ça va bien nous aider à survivre dans ce monde rempli de créatures féroces. Tuer des zombies, crafter pour construire de nouvelles armes, monter son personnage en compétences, suivre la trame principale et également rendre service aux PNJ dans des missions secondaires, un sacré programme que voilà ! Un gameplay qui se veut ultra basique, qu’on a surement déjà vu plein de fois dans d’autres jeux du genre, mais le parkour, ah bah ça ajoute un p’tit truc que les autres n’ont pas quoi.

Aiden plus fort que jamais

Dying Light 2 : Stay Human c’est aussi un jeu avec une belle durée de vie, faut compter une bonne vingtaine d’heures bien tassées pour finir la trame principale. Mais si tu veux voir plus et te lancer dans les quêtes annexes, et dieu sait qu’il y en a, tu peux facilement frôler les 100h de jeu. Clairement, les missions annexes j’ai lâché à la deuxième partie du jeu, il y en avait BEAUCOUP TROP pour moi, et souvent ce sont du remplissage genre : « il me faut ça » « tu peux aller là », vas-y j’ai pas ton temps. Avec cette map gigantesque et ce contenu assez fou, peu importe comment tu vas découvrir le jeu, je pense que tu vas bien t’amuser !


Conclusion : c’était cool mais pas le coup de cœur

J’ai bien aimé mais sans le coup de cœur

Pour résumer, j’ai bien apprécié ce Dying Light 2 : Stay Human, mais il est vrai que je m’attendais surement à plus, à mieux, je ne sais pas vraiment. En tout cas, ce n’est pas le coup de cœur me concernant, mais ce n’est pas non plus une déception. Ceux qu’ont apprécié le premier apprécieront surement le deuxième, on passe un chouette moment sur ce Dying Light 2 : Stay Human au début, on est grave dans l’intrigue, c’est rythmé, ça bouge tout ça tout ça. Et cette deuxième partie qui casse le truc, ça retombe assez violemment. Et encore une fois, ce n’est que mon avis, et cela n’enlève aucunement ses qualités, comme son open world riche, sa narration avec nos choix qui impactent réellement l’intrigue ou encore son énorme durée de vie. Pour rappel, j’ai testé la version Xbox Series X, et je n’ai été confronté à aucun problème technique. Aucun ralentissement, aucune chute de framerate, rien du tout. J’ai fait le jeu entièrement en solo, pas testé en coop car pas l’occasion. Voilà pour mon avis de Dying Light 2 : Stay Human, dis-moi ce que tu en a pensé dans les commentaires si tu as fait le jeu !

Tu as joué à ce Dying Light 2 ou pas ?

Tu veux réagir avec Facebook ?

Tu veux réagir avec Wordpress ?

%d blogueurs aiment cette page :